Tarifs 2017 location des salles plus d'infos
INFOS PRATIQUES > Les actualités de Beure

Cérémonie du 11 novembre placée sous le signe de la lumière…

Catégorie
Communiqué de presse
Publiée le
11 Novembre 2016

Une belle cérémonie s’est tenue aujourd’hui, 11 novembre 2016 en présence de la flamme du souvenir.
Quarante-deux enfants volontaires du groupe scolaire ont ravivé la flamme et ont placé symboliquement des bougies autour du monument. Plusieurs d’entre eux ont lu des extraits de lettre de poilus pour ne pas oublier et comme l’a souligné Yves Vuillame, président des anciens combattants, « il est aujourd’hui encore plus important au vue des événements mondiaux actuels de ne pas oublier, pour ne pas reproduire, ne pas oublier le plus jamais ça »
Philippe Chaney, Maire de Beure a remercié chaleureusement les enfants, les parents, les portes drapeaux et toutes les personnes présentes.
Pour rappel, Ouverture du Musée Lucien Roy, de 14h00 à 18h00.
Un merci particulier à :
Eliott, Achille, Ava, Noah, Aronn, Benjamin, Lee Lou, Emma, Léa, Nolan, Gabriel, Pablo, Diane, Louis, Anaïs, Kylian, Juliette, Elodie, Antonin, Carmen, Elvira, Noémie, Yohan, Eden, Cyprien, Soraya, Amandine, Nils, Mathis, Mathéo, Léa, Fiolaine, Alexandre, Lionel, Maxime, Noam, Pierrot, Armen, Loan, Oracio, Perrine, Roxane, Manon

Poème la flamme du souvenir
Un 28 janvier 1921 sous l’Arc de Triomphe aux Champs Elysées,
Un tombeau fut érigé
Le corps d’un soldat inconnu y fut inhumé,
Embléme d’une génération décimée,
Par cette « Grande Guerre » qui fit perdre tant d’êtres aimés.
Un 11 novembre 1923, une douce flamme s’alluma
Emblème d’une génération, que « promis-juré », on n’oubliera pas
Sa chaleur réchauffera nos soldats et sa lumière les rassurera
Et tant que cela durera, jamais leur mémoire ne disparaîtra
La promesse ne s’essouffla pas
92 ans que chaque soir on la ravivera.
Fragile, sensible, vulnérable
Cette flamme métaphorise la vie de ces hommes,
Qui dans un souffle s’éteignirent.
Que cette flamme brûle bien des années encore
A l’image de notre respect et du souvenir que nous leur devons.